“C’était un rêve d’avoir mon projet” : Son histoire Californienne

 

 

Caroline Szpira est une jeune française, vivant depuis trois ans à Los Angeles, une ville  sous les palmiers et le soleil qui en fait rêver plus d’un. Aujourd’hui bien plus qu’une simple expérience à l’étranger, Caroline partage avec nous son quotidien californien et montre qu’à seulement 24 ans, il est possible de lancer ses projets et vivre ses rêves.  

 



 

Tu vis à Los Angeles depuis 3 ans. Qu’est-ce qui t’a amené là-bas ? 

 

Je suis depuis toute petite fascinée par la culture américaine ! J’ai eu la chance de m’y rendre plusieurs fois avec mes parents étant petite, et j’ai eu un vrai coup de cœur pour la ville de Los Angeles. En me baladant sur le campus de UCLA (L’université de Los Angeles), j’ai eu un déclic : c’est ici-même que je souhaite étudier !

A l’époque j’avais seulement dix ans… Donc après quelques années de patience et de recherches, je me suis envolée le 30 décembre 2012 ! 

 

Dans un récent article, tu as parlé des “coulisses” de l’expatriation, pour montrer que tout n’est pas seulement plages et palmiers. Peux-tu nous en dire davantage ? 

 

Cet article a fait beaucoup parler ! Je l’ai fait à la base pour faire “taire” les mauvaises langues. Sur les réseaux sociaux, on a tendance à exposer la fausse vie parfaite que l’on semble mener. C’est sûr, les palmiers, les couchers de soleil font rêver, mais beaucoup de personnes s’imaginent qu’il s’agit du quotidien de Los Angeles. 

J’ai donc voulu rétablir la vérité, en expliquant que je ne vivais pas d’amour, d’eau fraîche et de surfeurs ! En publiant cet article, je me suis rendue compte que j’étais loin d’être la seule à vivre ce “mal être” (encore une fois, je pèse mes mots. Je suis consciente de la chance extraordinaire que j’ai d’être là où je suis). 
Ce qui pèse au quotidien, c’est vraiment ce sentiment d’instabilité. Nous ne savons jamais vraiment combien de temps nous allons pouvoir rester. Au début, nous voyons cela comme une aventure ! Après un certain temps, nous avons envie de nous poser, mais lorsque l’on dépend d’un visa, c’est difficile à prévoir et rarement une partie de plaisir. 

Une autre chose qui peut peser au quotidien, c’est également la solitude. Comme je l’explique dans mon article, les expatriés vont et viennent. Il est très fréquent de voir toutes ces personnes arriver, mais aussi partir. Ce qui n’est pas toujours facile. 

 

Ta vie doit en faire rêver plus d’un ! Seulement, tout n’est pas arrivé d’un claquement de doigt. Quelles difficultés as-tu rencontré en chemin qui aurait pu te faire tout abandonner ? 

 

Effectivement, ça ne s’est pas fait en un jour, croyez-moi ! Ne serait-ce que pour mon départ à UCLA, j’ai mis plus d’un an de recherches et de procédures avant d’arriver sur le sol américain. Evidemment, tout peut se faire toujours plus vite. J’ai fait le choix de le préparer dans les moindres détails et d’être vraiment sûre de moi. Le choix du programme, constituer le dossier… Tout cela prend du temps, ce que les gens ne réalisent pas forcément ! 

Avant même le départ, il y a des hauts et des bas. A la fois l’excitation du départ, le stress du refus de dossier… Mais une fois sur place, rien n’est facilité ! Nous sommes confrontés à des choses auxquelles nous n’avions pas forcément pensé. La première semaine est souvent l’une des plus dures. Nous nous demandons ce que nous faisons là, pourquoi nous sommes partis et surtout, comment nous allons nous en sortir ! 
Il faut donc être persévérant et ne rien lâcher. L’expatriation permet de prendre énormément de recul sur les soucis du quotidien. Nous dramatisons souvent tout ! Sauf  que dans une telle situation, avec la différence de procédure, de culture et la distance avec notre pays, nous apprenons à nous dire que ce n’est pas grave, que l’on va apprendre et surtout, que tout problème à une solution. 

Un rêve d'avoir mon projet*Crédit photo : Carolinethecity

 

Tu as lancé il y a quelques mois, avec ta partenaire Julia, “Hey les copines”. Peux-tu nous expliquer le concept ? Comment est né ce projet ? 

 

Tout a commencé il y a un an, lorsque j’ai rencontré Julia, la co-fondatrice à Los Angeles. C’en est suivi une relation épistolaire à distance et surtout une grande envie d’entreprendre, à deux. Nous avons eu un vrai coup de cœur amical et nous avions les mêmes envies professionnelles : celles d’avoir notre start-up “à nous”.
Le projet est apparu comme une évidence. Nous avions envie de faire rayonner les nanas comme nous : des filles qui voyagent, qui bougent et qui entreprennent dans le monde entier et dans la bonne humeur
Aujourd’hui, Hey les Copines, c’est une communauté de copines à travers le monde qui partagent leurs bons plans et conseils pour voyager, entreprendre et profiter de la vie. 

 

Pourquoi avoir décidé de te lancer dans la voie de l’entrepreneuriat ? 

 

C’était vraiment un “rêve” d’avoir mon projet. Un projet où je pourrai investir mon temps et surtout mettre en place mes idées, mes concepts. J’en avais marre de me sentir brimée et investie dans le projet des autres ! 
En rencontrant Julia, cela m’a permis de me faire pousser les ailes qui me manquaient ! Il parait que cela  s’appelle du courage 🙂 

 

Quels conseils donnerais-tu aux jeunes souhaitant se lancer mais n’osant pas encore ? 

 

A chaque fois que l’on nous pose cette question, nous ne pensons qu’à une seule réponse : s’avoir s’entourer. C’est vraiment le conseil qu’il faut retenir. Sans Julia, je n’aurais jamais pu lancer Hey les Copines. Mais sans Rémy, nous n’aurions jamais eu de site internet, et sans Caroline, la visibilité qui nous a été donnée. 
Entourez vous des bonnes personnes, c’est vraiment la clé ! Si vous voulez d’autres conseils sur l’entrepreneuriat, on a écrit un article avec Julia qui devrait en motiver plus d’un !

 

 

Quelle est la citation/devise qui représente le mieux tes valeurs ? Ton état d’esprit ? 

 

J’en ai plusieurs, mais au risque de paraître cliché, je pense que celle-ci est la plus représentative de mon état d’esprit actuel :

 

Nous n’avons qu’une vie. 

 

C’est ce que je me répète à chaque fois que j’hésite à me lancer dans quelque-chose ou à prendre une décision. C’est un peu “fleur bleue”, je vous l’accorde, mais cette aventure à l’étranger m’a vraiment apprise à relativiser et surtout à profiter de la vie !

 

 

Vous pouvez suivre Caroline sur 

Facebook

 

Instagram

 

Hey Les Copines 

 

Un grand merci à toi Caroline pour m’avoir accordée cette interview 🙂 

Signature Mégane Daumas

 

 

Previous Post Next Post

Vous aimerez aussi...

4 Comments

  • Caro

    Merci beaucoup de m’avoir donné la parole !
    A très vite 🙂

    18 mars 2016 at 21 h 17 min Reply
    • Mégane DAUMAS

      Merci beaucoup à toi 🙂
      Bonne continuation dans tes projets ! À bientôt !

      18 mars 2016 at 21 h 26 min Reply
  • An ne

    Bonjour j aimerai m expatrier en Californie avec mes 2enfants.et donc trouver du travail dans l éducation car je suis éduc en crèche .peut être une école ou crèche bilingue? pourrais tu m aider je ne sais pas pas où commencer…merci de ton aide.
    Anne

    3 avril 2017 at 9 h 28 min Reply
    • Mégane DAUMAS

      Bonjour Anne 🙂

      Je te conseille d’aller faire un tour sur le blog de Caroline http://www.carolinethecity.com/. Elle a fait beaucoup d’articles sur son expatriation et donne aussi beaucoup de conseils ! Elle t’aidera bien plus que moi à ce sujet 🙂

      Belle journée !

      5 avril 2017 at 14 h 26 min Reply

    Leave a Reply

    Loading Facebook Comments ...