Et si on avait peur de réussir ?

Et si on avait peur de réussir ?

Vous débordez de rêves et d’envies, vous imaginez vos projets se réaliser, vous ne souhaitez qu’une chose : réussir ! Vous êtes motivés, déterminés mais pourtant, toute cette envie prend du temps et semble lente. Vous êtes souvent confrontés au fabuleux concept de la procrastination. Vous tournez un peu autour du pot comme on dit. Et vous avez plus souvent la sensation de stagner, que d’avancer.

Bienvenue dans mon monde !

 Et si on avait peur de réussir ?

 

C’est exactement la position dans laquelle je me trouve à l’heure où j’écris ces lignes. Et il n’y a pas encore si longtemps, je pensais que la cause de tout cela était ma peur de l’échec. C’est ce qui me semblait le plus logique. Ce qui avait le plus de sens. Peur de me tromper, peur de foncer droit dans le mur. Peur de tout simplement prendre le mauvais chemin et me rendre compte trop tard, que tout cela n’était pas fait pour moi. L’échec. Le rejet. La preuve que mon projet n’a pas fonctionné. La preuve que je n’étais pas assez douée pour le réaliser.

Je réalise aujourd’hui combien les échecs font partie de l’apprentissage et sont nécessaires à notre évolution. 

 

 

 

Il n’y a encore pas si longtemps que ça, on m’a demandé « As-tu peur de l’échec ou de la réussite ? ». De l’échec bien évidemment ! Je ne pouvais pas concevoir la peur de la réussite. Cela me semblait complétement illogique, car si nous étions certains de réussir, nous n’aurions aucun souci non ? Tout serait simple, évident ?  

Ce n’est que récemment que j’ai compris. La peur de l’échec existe, c’est d’ailleurs celle qui semble la plus logique et celle qui nous vient immédiatement à l’esprit. Mais certains sont davantage concernés par la peur de la réussite. Et je m’en sens aujourd’hui davantage concernée par celle-ci. Si j’écoute ma critique intérieure, bien entendu qu’il y a des « J’ai peur de ne pas réussir »… Mais j’entends bien plus de « J’ai peur de ne pas être à la hauteur », « J’ai peur de ne pas être crédible », « J’ai peur de décevoir »… Comme si j’étais certaine de pouvoir réussir mais me pensais incapable de gérer cette situation. 

 

 POURQUOI AVONS-NOUS PEUR DE RÉUSSIR ?

 

 Peur de l’inconnu et du changement 

La peur de la réussite insinue que nous pensons être capable d’y arriver. Capable d’atteindre l’objectif souhaité, ce qui nous destine obligatoirement vers une zone inconnue. Nous ne savons pas comment est la vie après l’atteinte de nos objectifs, nous ne savons pas vraiment ce qui nous attends… Nous l’imaginons, nous espérons, mais personne peut réellement nous dire, mot pour mot, comment notre vie deviendra. 

Nous ne savons pas comment sera cette nouvelle vie mais nous savons qu’elle nous destine au changement. Sommes-nous prêt à changer ? Sommes-nous prêt à laisser derrière nous ce qui nous rassure et ce que nous avons pour une nouvelle vie ? 

 

Peur de sortir de notre zone de confort 

Cette zone où tout est si confortable, où tout est acquis, où tout est facile. Nous l’aimons vraiment notre zone de confort car elle nous garde dans un monde où il fait bon vivre. Mais elle nous garde aussi dans un monde limité et prévisible. Aucune magie n’arrivera dans notre zone de confort, aucune nouveauté, aucune surprise, aucune fantaisie… Il s’agit seulement de notre bonne vieille routine, agréable certes, mais morose pour s’en contenter une vie entière. 

 

 Manque de confiance en soi 

La confiance et l’estime de soi jouent un rôle important dans la peur d’atteindre nos objectifs. Si nous ne nous croyons pas capable d’assumer, c’est bien que nous avons un jugement négatif sur nous même. Une part de nous est certaine de pouvoir réussir, quand une autre vous chuchote que vous ne pourrez pas assumer. Je vous laisse deviner la seule responsable de cette oeuvre… Votre voix intérieure, oui cette critique, notre ego que nous avons tous et qui nous pollue le cerveau par ses négativités. Savoir la maîtriser est un des atouts afin d’en venir à bout. 

 

Je crois qu’au fond, nous avons tous peur. Un humain sans peur n’existe pas. Peu importe celle qui vous anime, vous devez garder en tête votre objectif et vous en servir comme moteur chaque jour. Je sais combien se dévoiler, se lancer, mettre un pas devant l’autre peut être dur selon les expériences. Je l’ai déjà expérimenté et je l’expérimente encore aujourd’hui dans mes nouveaux projets et je l’expérimenterai encore plus tard. Comme nous tous. Tout simplement car cela fait partie de nous et qu’il est impossible d’effacer une partie de nous. Il est par contre possible d’en diminuer l’influence et de se dépasser malgré tout. Que choisissez-vous ? 

 

 

Soyez courageux. Soyez vous. 

Partagez vos réflexions dans les commentaires 

Signature Mégane Daumas

 

 

2 Comments

  • Reply Audrey 21 août 2016 at 17 h 42 min

    Ton article reflète parfaitement tous ce qu’il se passe en nous : les peurs, le manque de confiance en soi. Faire le choix de sortir de sa zone de confort c’est accepter de vivre avec sa peur. C’est définitivement un entraînement à chaque seconde. Choisir d’agir et d’avancer vers ses rêves, convictions, envies.
    Je te souhaite une belle fin de soirée.

    • Reply Mégane DAUMAS 22 août 2016 at 14 h 29 min

      Merci Audrey ! Tu as parfaitement raison !
      Belle journée <3

    Leave a Reply

    Loading Facebook Comments ...