Face aux mentalités et critiques des autres…

Un nouveau billet d’humeur. Décidément, je commence à vraiment apprécier ce genre d’article ! 

 

 La petite histoire 

J’ai récemment participé à une web conférence sur le coaching en développement personnel. Passionnée par le sujet, je souhaitais en savoir d’avantage sur le métier et ses divers aspects. J’ai ainsi profité de l’occasion pour poser ma question aux deux animateurs “Quels conseils donneriez-vous aux jeunes souhaitant se lancer dans cette voie ?”

Le premier s’est empressé de répondre : “Le premier conseil serait d’être moins jeune ! (petit rire moqueur) Effectivement il est peu crédible d’être coach avant ses 28-30 ans”, sous prétexte qu’entre 20-25 ans, nous n’avons pas assez d’expérience de vie. Une réponse que je respecte et qui fait sens, bien que je m’attendais à de véritables conseils, à des choses concrètes qui pourraient réellement me servir. Bref. Jusque là, tout allait plutôt bien.

 

Mais c’était avant que le second animateur prenne la parole pour appuyer les propos du premier et ajouter : “Je pense qu’elle faisait plutôt référence au coaching sportif qui est totalement différent. Attention à ne pas confondre !”. Et là, ça a tout simplement dessiné un léger sourire sur mes lèvres. Puis un “levé” de sourcils. Puis une incompréhension totale.

En résumé, à cause de mon âge, j’étais assez imbécile pour confondre les deux et en plus de cela, m’être inscrite à une conférence sur le développement personnel pour en fait, me renseigner sur le coaching sportif… Je n’avais donc rien à faire là selon lui. Merci bien !

 

 La réalité des faits 

 

 Ça ne fait qu’affirmer ce que je vous disais dans mon précédent billet A la poursuite des ses rêves… Il est vrai que nous, les jeunes, faisons souvent face à des critiques faciles et à tout, sauf de l’encouragement ! 

On nous pousse à faire des études longues, car oui la situation actuelle est ce qu’elle est, oui c’est la crise, oui trouver du travail n’est plus aussi facile qu’à l’époque de nos parents et que les mentalités ont changé. Et oui, si nous sommes trop jeunes aucun employeur veut de nous. Finalement, être jeune de nos jours, c’est pire qu’avoir la peste à l’époque.

 

Mais est-ce que c’est nous aider de nous répéter ça depuis le collège ? De nous pousser dans la vie active le plus tard possible, nous dire à l’université que notre domaine d’étude est complètement bouché et que nous ne trouverons probablement pas de travail ? Et dans le même esprit, que nous sommes trop jeunes pour débuter une carrière qui nous fait rêver ? 

Nous ne sommes jamais trop jeunes pour commencer quoi que ce soit. Le bon moment est quand nous le sentons, quand nous avons le courage ou l’audace de passer à l’action, quand tout simplement nous avons une envie particulière et qui nous démange les doigts de la débuter. Seulement nos croyances et intuitions sont annonciatrices du “bon” moment.

 

Je me souviens encore d’un professeur lorsqu’on discutait des candidatures en école de journalisme. Nous, étudiants naïfs, s’attendions à une réponse comme “Sachez que les concours ne sont pas évidents et qu’il y a beaucoup de concurrence (c’est un fait), mais avec de la persévérance et du travail vous pouvez y arriver, tentez-le coup !” (aussi fleur bleue que cela puisse paraître, je m’attendais vraiment à une réponse de ce genre !). 

A la place, nous avons eu droit : “Honnêtement, ne perdez pas votre temps à passer ces concours. C’est beaucoup trop dur, il y a bien trop de monde et en plus, venant d’universités de province vous n’avez aucune chance d’y accéder. Vous devriez plutôt vous dirigez sur des master professionnels”.

 

Ca ne m’étonne même plus que certains se relâchent, que d’autres se découragent et arrêtent. On reproche aux gens de ne rien faire, mais on les pousse dans cette direction. Et je peux comprendre ! Je me rends compte de la chance que j’ai d’avoir mes parents, ma famille, mon chéri qui croient en moi et m’encouragent. Sans cela, je me demande si je serais aussi forte et déterminée à poursuivre mes rêves

Mais j’essaie de toujours me rappeler : 

 et puis…

Bien qu’elle puisse servir à celui qui veut bien l’entendre ! Finalement, j’ai remercié cet animateur de m’avoir fait une telle réflexion parce-qu’il m’a donné l’inspiration d’écrire ce billet d’humeur 🙂 

Bonne journée à tous ! 

Signature Mégane Daumas

Previous Post Next Post

Vous aimerez aussi...

4 Comments

  • Katie

    Je viens de découvrir ce blog et … J’ADORE les articles sont bien rédigées, je m’y retrouve dans certains !
    Un blog qui peut aider à nous sentir mieux dans sa peau ! Désormais un de mes favoris.
    Merci.

    25 novembre 2015 at 22 h 54 min Reply
    • Mégane DAUMAS

      Merci beaucoup Katie ! Tes mots me touchent beaucoup.

      25 novembre 2015 at 23 h 14 min Reply
  • Angélique

    Bonjours Mégane, je viens de découvrir ton blog et il s’avère que j’en suis devenu accro. Certains articles me poussent dans mes choix, me motive encore plus, certains me permettent de me remettre en questions pour une vie meilleure et plus simple. Je t’en remercie, ton blog est génial et vraiment bien rédiger continue comme ça.
    Encore merci.

    29 décembre 2015 at 18 h 29 min Reply
    • Mégane DAUMAS

      Merci beaucoup Angélique ! Si j’ai créé ce blog c’est avant tout pour motiver des personnes qui ont besoin d’un simple petit coup de pouce pour passer à l’action et vivre la vie qu’elles souhaitent ! Alors je suis vraiment heureuse de lire ton commentaire et de voir que mes articles t’aident dans ton quotidien 🙂

      A bientôt ! 🙂

      29 décembre 2015 at 19 h 54 min Reply

    Leave a Reply

    Loading Facebook Comments ...