Êtes-vous victime d’auto-sabotage ?

 Auto-sabotage

Avez-vous l’impression de pouvoir/vouloir tellement mieux dans votre vie, comme un nouveau travail, commencer un nouveau projet, candidater dans l’école que vous convoitez tant, sans pour cela y arriver ? Avez-vous l’impression de passer à côté d’opportunités, comme par exemple une rencontre avec un homme ou une femme qui aurait pu continuer, voir évoluer, mais vous n’avez jamais osé demander son numéro ? Est-ce que tout simplement, vous vous retenez de faire les choses que vous souhaitez de tout votre cœur ? 

Alors il est fort probable que vous soyez victime d’auto-sabotage ! 

Comme la plupart d’entre nous en fait, puisque nous avons tous des peurs. L’homme sans peur n’existe pas. C’est un phénomène qui nous suit depuis notre présence sur terre puisqu’elle a permis à l’homme primitif de fuir les dangers lorsqu’ils se présentaient. La peur engendre l’action, mais pas n’importe laquelle. La fuite ou l’action d’éviter une situation inconfortable. Et c’est justement ça, qui nous empêche de franchir le pas afin de vivre la vie que nous désirons réellement. 

 

 Qu’est-ce que l’auto-sabotage ?

↠ L’auto-sabotage est l’art de gâcher ou même faire échouer des situations dans lesquelles nous aurions aimé être, à cause de nos attitudes, habitudes ou comportements créés pour anticiper un “éventuel” danger. 

↠ C’est aussi notre mental, nos pensées et notamment notre voix intérieure négative qui est constamment présente, se faisant un plaisir fou de nous sous-estimer et nous montrer chaque aspects négatifs d’un changement. Facteur qui nous empêche de passer à l’action ou prendre des décisions importantes

 

↠ Et c’est bien entendu également le mécanisme engendré par la peur. Des peurs qui sont bien ancrées dans notre système de pensées depuis notre plus jeune âge, qui sont pour nous acquises et inchangeables. Comme la peur de ne pas réussir, peur de ce que les gens vont penser, peur de ne pas être fait pour cela, peur de manquer d’argent, peur de ne pas être aimé, peur de ne pas être assez doué… Il y en a tant d’autres ! 

 

A ce stade, je pense que ce que je vous disais dans le paragraphe précédent, à propos des hommes primitifs, fait tilt. L’époque où nous devions fuir pour sauver notre vie ou celles de notre famille est belle et bien révolue. Nous ne risquons pas, à priori, de nous faire attaquer, de nous faire chasser ou tuer lorsque l’on sort dehors. Nos peurs ne nous font pas fuir un danger potentiel, mais une situation qui nous est inconfortable car inconnue.

Il s’agit d’une situation qui est hors de notre zone de confort, c’est à dire cette zone dans laquelle tout est acquis et facile pour nous. Et pourquoi vouloir sortir de cette zone de confort après tout ? Elle est si confortable et agréable ! Tout simplement car rester dans cette zone nous fait stagner. Il n’y a aucune possibilité d’évolution puisque tout y est acquis. Pouvez-vous imaginer une vie où tout est facile, où il n’y a pas ce sentiment de fierté, de satisfaction, de bonheur envers nous même, car nous avons réussi à nous surpasser ? 

Le changement, l’inconnu, ce que nous ne contrôlons pas nous fait peur. Tout cela nous ramène droit à la case départ, à nos instincts primitifs. Et je peux vous dire que concernant la peur de ce que nous ne contrôlons pas et ce qui pourrait bien se passer, j’en connais un rayon. Parce-que je suis le genre de personne qui aime avoir le contrôle, qui aime savoir où elle va, qui aime être organisée et qui déteste, par dessus tout, l’inconnu. Plutôt gâtée dis-donc, me diriez-vous ! Je ne sais pas vraiment pourquoi toutes ces peurs se sont retrouvées un jour dans mon schéma intérieur. Je ne connais pas vraiment leurs origines.

A travers mes lectures, j’ai appris que ces schémas intérieurs ont été développés tout au long de notre enfance : notre éducation, notre expérience à l’école avec nos professeurs et camarades, la société qui nous entoure et tous les messages qu’elle transmet, nos expériences passées que nous continuons de projeter sur notre présent et notre futur. Alors, oui, peut-être. Mais connaître leurs origines ne les feront pas disparaître. Pour ma part, je ne cherche pas à savoir comment elles ont bien pu atterrir dans ma tête, mais plutôt le moyen de les contourner, les évincer petit à petit pour arriver à la vie dont j’ai toujours rêvé. La vie dont je suis consciente pouvoir atteindre, mais qui jusque là me semblait bien lointaine. 

 

Je sais que la seule personne à blâmer pour toutes ces peurs c’est moi, seulement moi. Je suis la seule responsable de mes pensées, nous sommes les seuls responsables de nos peurs et de ce qui nous retient. Et chance, nous sommes les seuls responsables à pouvoir y remédier. Nous avons un contrôle total sur nos pensées ! Et là, j’espère bien que tous les fans du “je contrôle tout en permanence” comme moi, ont le sourire aux lèvres derrière leur écran !  Oui, nous avons un contrôle total sur nos peurs, sur notre petite voix négative, sur notre schéma intérieur. Mais je reconnais que ce n’est pas un exercice vraiment facile, ni qui fonctionnera ou donnera des résultats dés le lendemain. 

 

Et bien alors, pourquoi chercher à les évincer si ce n’est pas facile et si en plus nous n’aurons pas de résultats avant un bon moment ? 

 

Tout simplement parce-que ce sont ces petits entraînements au quotidien, ces petites actions et modifications, qui nous récompenseront sur le long terme. Prenons un exemple simple : Vous souhaitez faire une randonnée en montagne et avoir la chance d’admirer une magnifique vue d’en haut.

 

Deux possibilités :

↠  Vous levez la tête, et puis vous vous dites “Oh c’est trop haut, j’arriverai jamais à monter tout ça, je n’en suis pas capable. Bon, une prochaine fois !” (et là on est tous d’accord pour dire que cette “prochaine fois” n’arrivera jamais). Vous resterez donc sur un schéma : “Un jour je monterai au sommet de cette montagne et j’admirerai la vue !” sans pour cela l’atteindre.  

 

ou 

↠  “D’accord c’est haut, je n’ai peut-être pas la condition physique la plus adaptée et je ne vais peut-être pas pouvoir monter tout ça en une seule fois. Mais je monterai 100 m chaque jour et j’aurais la possibilité d’admirer la vue” ou bien “J’entraînerai ma condition physique chaque jour un peu plus, pour que dans six mois, je sois capable d’atteindre le sommet de cette montagne“. Dans ce cas, vous prenez conscience de la difficulté, vous faites un bilan sur vous même puis, vous vous fixez des objectifs afin de l’atteindre dans un temps donné. 

 

Ce simple changement dans votre manière de pensée vous rendra bien plus que ce que vous ne pouvez imaginer. C’est en modifiant petit à petit votre mentalité, en vous donnant des petits défis chaque jours que vous atteindrez votre grand objectif de vie. Vous pouvez retrouver plus d’informations sur cette méthode des petits pas, dans mon précédent article juste ici 🙂

 

flight-mountains-sky-flying

 

♥ Cinq conseils pour arrêter l’auto-sabotage ?

 

1. L’un de mes premiers conseils que vous retrouverez dans plusieurs de mes articles est la prise de conscience. Cela peut paraître banal ou évident, mais pourtant je vous assure que ça ne l’est pas. Il y a un an, je ne me posais absolument pas toutes ces questions et ne me disais pas “Mégane, tu passes à côté de ta vie, tu es victime d’auto-sabotage !“. Mes expériences et lectures m’ont fait prendre conscience que j’étais la seule raison à ne pas réussir ce que je souhaitais, à ne pas atteindre ce dont je rêvais. Tout cela à cause de mes pensées et ma voix négative, mon ego.

 

2. Ensuite, il est bon d’analyser les situations, de faire un retour en arrière. Quand vous vous surprendrez à avoir de mauvaises pensées, à vous trouver des excuses pour ne pas passer à l’action, essayez d’en définir la cause. “Pourquoi je n’ose pas passer à l’action ?“. Est-ce une mauvaise expérience passée ? Est-ce la peur du regard de l’autre ? La peur de l’échec ou au contraire de la réussite ?  

 

3. Essayez ensuite de relativiser et de surtout rester ancré dans la réalité. Je vous le disais dans les premières lignes, nos peurs sont pour la plupart du temps irrationnelles. Elles sont seulement le fruit de notre imagination et de notre schémas de pensée. Dites vous bien qu’aucunes expériences passées ne peut définir votre présent ou votre futur. Ces expériences sont révolues et n’ont aucun pouvoir sur ce que vous êtes aujourd’hui. Et également que quoi que vous fassiez, vous n’aurez jamais l’approbation, ni l’encouragement de tout le monde. A vous de décidez ce que vous souhaitez et d’en faire une réalité

 

4. N’écoutez plus votre voix intérieure. Lorsque vous l’entendez, lorsque vous savez qu’elle est en marche et que son objectif premier est de vous faire renoncer, dites lui tout simplement de passer son chemin, car elle n’est d’aucune aide valable. Le fait de lui parler, même de lui donner un nom peut aider à la dissocier de vous même. Cette voix n’est pas vous, elle est une simple construction mentale, qui a prit place dans votre esprit depuis toutes ces années. A vous de choisir de ne plus l’écouter et prendre le dessus sur elle. 

 

5. Utilisez des affirmations positives. Ce conseil rejoint le précédent. Passez à l’action est un formidable acte ! Le faire de manière plus sereine et confiante est quand même mieux. Utilisez chaque jour, autant que possible des affirmations positives. Un exemple, si votre peur est celle de l’échec, il y a de fortes chances que vous vous répétiez sans cesse “Je ne vais pas y arriver, je ne vais pas arriver, ça ne marchera jamais !”. Maintenant lorsque vous entendrez cette voix vous murmurer tout cela, prenez le dessus sur elle et répétez vous tant que possible : “Je vais réussir, j’ai le potentiel pour réussir, j’en suis capable”. Alimenter son esprit plusieurs fois par jours, tous les jours, d’affirmations positives, vous aidera à changer progressivement votre schéma intérieur. 

  

J’espère vous avoir éclairé un peu plus sur ce mécanisme d’auto-sabotage et vous faire prendre conscience que ce processus est réversible. Il n’est ni naturel, ni inné, ni ancré en nous pour de bon. Nous avons toutes les ressources nécessaires en nous. A nous de faire les bons choix 🙂 

 

Qu’aviez-vous pour habitude d’auto-saboter

et qu’envisagez-vous de faire désormais pour y remédier ? 

 Signature Mégane Daumas

 

 

 

 

Previous Post Next Post

Vous aimerez aussi...

2 Comments

  • Beya

    Merci pour cette article. Je n’ai pas très confiance en moi et je me suis complètement reconnuue dans cette article. Je vais essayer de pensez positive…

    Merci, ton article me remonte le moral.

    29 décembre 2015 at 18 h 41 min Reply
    • Mégane DAUMAS

      Merci à toi 🙂
      Je sais combien le manque de confiance en soi peut être lourd et pénible au quotidien, beaucoup d’entre nous passent par là. Tu n’es pas toute seule !
      Surtout, focalises toi sur les choses positives que tu as faites, félicites toi lorsque tu arrives à tes objectifs (petits ou grands, peu importe) et surtout écoutes toi. Ai confiance en ton intuition, elle te guidera sur la bonne voie 😉

      A bientôt !

      29 décembre 2015 at 19 h 56 min Reply

    Leave a Reply

    Loading Facebook Comments ...