Quand le doute et la peur reprennent le dessus

 

J’avais envie d’une discussion plus personnelle. D’une discussion entre copines, s’échangeant nos états d’âmes, sans tabou et sans peur du jugement. Parce-que ça fait du bien de temps en temps de tout simplement lâcher prise et admettre les choses telles qu’elles sont…

Je sais à quel point il peut être difficile de perdre confiance. Confiance en la vie et en soi. Je sais qu’il est souvent difficile de voir au delà de notre situation actuelle et tellement facile de penser que nous serons bloquées dans cette période pour toujours. 

Ces derniers jours m’ont plongé dans ce doute. Cela fait trois ans maintenant que je plane, que je suis en transition. Trois ans qui me semblent interminables et qui sont pourtant une infime partie de ma vie. Peut être que l’approche de mes 25 ans amplifie encore plus ce sentiment d’être prisonnière d’une bulle de brouillard

Parce qu’une partie de moi croit qu’à 25 ans, on est censés avoir compris. 

Compris le sens de la vie, du moins de notre vie. Compris ce que nous sommes bien venue faire ici. À 25 ans, on est censés savoir ce qu’on veut. Censés savoir où on va. Mais vous savez quoi ? Ce n’est pas du tout mon cas. Si vous suivez mon blog depuis un petit moment, vous le savez déjà certainement. 

Même si je gère mes émotions bien mieux qu’avant cette transition, il m’arrive de retrouver mes vieux démons : Monsieur doute, Madame Peur, Madame “Ma vie ne sera jamais plus que ça !”, Monsieur “Je ne vois pas plus loin que le bout de mon nez”

Ce blog est censé être empli de positivité et d’inspiration, parce-que je souhaite de tout cœur vous aider à traverser ce genre de période. À traverser avec un peu plus de sérénité cette phase de doute. Mais aujourd’hui, l’humeur n’y est pas. Aujourd’hui j’en ai marre et j’ai envie de me plaindre. Parce-qu’il n’y a rien de mal à se plaindre parfois. À en avoir marre parfois. À vouloir tout arrêter parfois. C’est une émotion désagréable, qui accapare tout notre esprit et mieux vaut qu’elle en sorte plutôt que de tout garder en soi. 

Alors je vous propose de vous plaindre si vous en avez envie. Déversez vos émotions dans les commentaires si cela peut vous faire du bien, partagez votre histoire, vos sentiments, vos “J’en ai marre” pour montrer que nous ne sommes pas seules. Tout simplement parce que ça fait du bien !!! Ça fait du bien que les mots sortent une bonne fois pour toute, les poser sur le papier ou le clavier pour les détacher de nos pensées. Ça nous rend humain tout simplement. 

Puis après ça, il est temps de revenir vers le réel. Vers ce qu’il en est vraiment.

 

Serons-nous toujours dans cette situation ? Non. 

Les choses vont-elles être immobiles pour toujours ? Non. 

Est-ce que notre vie sera toujours aussi flou ? Non. 

Est-ce que nous méritons mieux ? Bien sûr que oui ! 

Est ce que la patience et la persévérance paieront ? Oh Oui ! 

 

La seule chose que nous avons dans ces moments de doutes, c’est notre croyance. Notre croyance en la vie, en nous, en notre timing, en notre destin. Confiance en ce plan, qui nous dépasse, mais qui nous a été attribué. Et la seule chose que nous pouvons faire pour soulager notre esprit est de plonger tête la première, dans ce tsunami de confiance. Revenir à cette réalité qui est la notre mais qui ne sera pas éternelle. Car rien n’est éternel 

 

Ne confonds pas ton chemin avec ta destination. Ce n’est pas parce-que le temps est orageux aujourd’hui que tu ne te diriges pas vers le soleil

Anthony Fernando

 

 

 


 Vous avez aimé cet article ? 
Vous pensez qu’il pourrait servir à quelqu’un ?  
Partagez-le ♥

Previous Post Next Post

2 Comments

  • Justine

    Coucou ! J’arrive sur ton blog grâce à HelloCoton et j’aime déjà ce que je lis.
    Si je devais me plaindre, ce serait du fait qu’on n’a justement pas le droit de le faire. Au collège, je ne le faisais pas parce que je n’osais pas montrer à quel point j’étais malheureuse pour ne pas être moquée et au lycée, quand j’ai commencé à le faire parce que j’avais confiance en de nouvelles personnes, elles m’ont arrêté en me disant que ça les gênait que je me plaigne et que je parle de mes problèmes familiaux ou financiers. Et en fait je me suis rendue compte que ça dérangeait tout le monde qu’on se plaigne pour des choses assez importante dans notre vie, alors que la plupart le fait à longueur de journée, ils se plaignent d’avoir faim, d’être fatigué, de travailler tard, d’être enrhumés… Et plein de choses très futiles et encore plus agaçantes.
    Alors je voulais te dire merci, merci d’oser te plaindre et de montrer qu’on a le droit de le faire de temps en temps et que OUI ça fait du bien de dire : j’en ai marre. Et ça fait du bien d’oser dire : Non, aujourd’hui ça ne va pas.
    Mais ça ira mieux demain !

    Je continue ma petite visite sur ton blog 🙂
    A bientôt !

    3 septembre 2017 at 13 h 34 min Reply
    • Mégane DAUMAS

      Coucou Justine ! Merci pour ton message 🙂

      Comme si c’était mal de se plaindre… mais ça n’a jamais fait de mal à personne de sortir une bonne fois pour toute les choses telles qu’elles sont, au contraire ! Merci d’avoir partagé un bout de ton histoire !

      J’espère à bientôt !

      3 septembre 2017 at 16 h 56 min Reply

    Leave a Reply

    Loading Facebook Comments ...