“La crise de la vingtaine”

La crise de la vingtaine

Des mois que je pense à ce billet d’humeur, comment l’écrire, comment le formuler, le publier ou non tout simplement. C’est un texte important pour moi car il reflète mon état d’esprit, ma vision des choses. Je me livre tout simplement et je n’en n’ai pas l’habitude, ni la facilité. Mais ce blog est aussi pour moi une manière de me confier, de partager mes émotions, et cette envie particulière s’est imposée à moi cette semaine.
 

Oh le Doute !

L’un de nos plus grands ennemis dans la vie est le doute. Du moins, il l’est pour moi. Ce fameux M. Doute.
Il est celui qui nous retient prisonnier dans nos peurs, dans nos frustrations, dans nos processus d’auto sabotage. Il est aussi celui qui va tout, absolument tout, remettre en question lorsque nous pensions que tout allait pour le mieux. Il est celui qui se fait une joie de nous torturer l’esprit afin de savoir si nous sommes vraiment dans le droit chemin. Il est aussi celui qui prend un malin plaisir à voir nos humeurs changeantes. Il est également celui qui pointe directement le bout de son nez, si nous osons, ne serait-ce que penser, à sortir de notre zone de confort. Il s’assurera évidemment, que nous y restions bien au chaud. Mon meilleur ennemi. Notre meilleur ennemi. 

 

J’ai toujours eu tendance à idéaliser l’âge adulte. Plus jeune, je pensais la “vingtaine” synonyme de liberté, de rêve, de plaisir, de joie, de certitude, de nouvelle vie. Une renaissance. La vingtaine était censée me donner les réponses aux innombrables questions que je me posais, elle était censée m’amener certitude et confiance en moi
Alors j’ai attendu, comme n’importe quel ado. Patiemment. Puis la vingtaine arriva. Avec toutes ses nouvelles variétés de questions, de doutes (Oh toi !), de peurs, de possibilités, de choix. 
J’ai réalisé que tout ce dont je pouvais rêver ado, idéaliser sur cette tranche d’âge, n’était en fait qu’une illusion, une simple utopie créer de toutes pièces. Car admettons-le, avoir la vingtaine n’est pas si facile que ça.

 

 

Et oui, dure réalité !

 

Cette fameuse “crise de la vingtaine”

Les plus jeunes rêvent de l’avoir, les plus anciens rêvent d’y retourner. Pour ma part, je ne sais pas trop quoi en penser. Même si je me considère bien dans ma vie et même si je suis entourée de fabuleuses personnes, je dois admettre que ces débuts d’années de vingtaine ont probablement étaient les plus difficiles. Les plus éprouvants surtout. Car ça y est, terminés les enfantillages, nous devons nous lancer, choisir une voie et avancer dans la vie. Tenter de créer notre propre vie. C’est là qu’est principalement intervenu ce fameux “Doute”, et plus précisément durant mon expérience à l’étranger

 

_______________________________________

 

Qu’est-ce que je vais bien faire de ma vie ?
Suis-je dans la bonne direction ?
Est-ce que je suis entrain de me tromper ?
Qu’est-ce qui me correspond le mieux ?
Est-ce que je suis capable de me lancer dans ce projet ?
Qu’est-ce que je vais devenir ?
Où j’en serais dans dix ans ?
Est-ce que je vais réussir ?

 _______________________________________

 

 

Je suis certaine que la plupart d’entre nous passe par là. C’est effectivement dans ces années que nous devons faire des choix importants et parfois difficiles. Bien sûr que toute la vie est rythmée de choix, de surprises, de doutes et de remises en questions. Mais je parle de ce que je sais et ce que je vis. 

Mon expérience à l’étranger à été un tournant très important. Cela a été une véritable remise en question sur ma vie et ma personnalité. Comme si je m’étais perdue pour mieux me retrouver après. Comme si la vie me testait, me remettait les compteurs à zéro. C’est à ce moment là que j’ai réalisé que je me trompais sur beaucoup de mes envies pour mon futur, ce qui m’a donné cette sensation de perte d’identité.
Tout ce qui me définissait s’était envolé et je devais repartir à la recherche de moi-même. Et bien que j’ai trouvé ce qui me correspond, bien que je reçois des signes, de part et d’autre, il m’arrive d’être confrontée à nouveau à cette sensation. Celle qui vous plombe et vous remet beaucoup de chose en question. Celle qui vous fait perdre confiance en vous, alors que vous essayez au contraire, de prendre de l’assurance. Pour moi, la vingtaine est plus un gouffre aux doutes et aux interrogations, qu’une période de renaissance. 

 

A cette tranche d’âge, nous nous cherchons, nous voulons devenir “cette” personne, celle que l’on admire, secrètement ou non, et qui sommeille en nous. J’ai encore du mal à m’en rendre compte, car bien sûr que je suis encore dans cette phase de ma vie. Celle où je me cherche encore, où je souhaite découvrir davantage qui je suis, où je doute en ce qui concerne mes choix (Au fond, nous sommes à la recherche de ces choses toute notre vie non ?). Mais je suis certaine que cette personne que l’on admire tant, celle que l’on admire par son caractère, sa force et son courage, est en nous. Nous possédons les qualités que nous admirons, nous n’avons tout simplement pas encore conscience qu’elles sont en nous. Qui sommes-nous ? 

Qui suis-je ? La réponse à cette question s’éclaircie, chaque jour, à pas de fourmis. Je pense que je n’aurais jamais la réponse parfaite. Je ne suis pas sûre que quiconque l’ait d’ailleurs. Je sais simplement qu’elle est devenue l’une des questions principales dans ma vie. Et bien que la “vingtaine” m’ait fait dégringoler de mes illusions, j’essaye d’en apprécier les rouages, car je suis certaine que l’avenir nous réserve à tous, de belles surprises. 

 

 

 

    ♥     ♥     ♥     ♥     ♥     ♥     ♥     ♥     ♥     ♥     ♥     ♥     ♥     ♥  

 

Signature Mégane Daumas

Previous Post Next Post

Vous aimerez aussi...

2 Comments

  • Justine

    Très bel article Megan, je me reconnais pas mal dans ce que tu écris, j’ai longtemps eu des doutes sur mon futur, ce que je voulais devenir, ce dont j’avais besoin pour être heureuse.. J’essaie tout de même de moins me mettre la pression et de vivre chaque jour le plus pleinement possible ! Merci pour ce partage ! <3

    Justine

    5 mai 2016 at 10 h 28 min Reply
    • Mégane DAUMAS

      Merci beaucoup Justine pour ton commentaire 🙂

      Belle journée et à bientôt 🙂

      6 mai 2016 at 10 h 57 min Reply

    Leave a Reply

    Loading Facebook Comments ...